Suzuki GSX-S750 A2


#ESSAI
| Par
| Publié le
|
326 Vues
|
0 Commentaire
Image Actualite Suzuki GSX-S750 A2
Suzuki ouvre sa gamme roadster destinée aux nouveaux détenteurs du permis gros cubes vers le haut. En effet, au-dessus de la SV650 A2 est aujourd’hui disponible la GSX-S-750 bridée à 35 kW, qui promet plus de sportivité côté look et niveau châssis. Mais que vaut son 4 cylindres amputé de plus de 66 chevaux ? Esprit GSX-R, es-tu encore là ?

Etat
: Disponible
Tarif (à partir de)
: 8799 €
Date de sortie France
: février 2017
Cylindrée
: 750 cm3
Constructeur
: Suzuki
Catégorie
: Roadster
Distributeur
: Suzuki France
Permis
: A (permis moto)
Existe en A2

LA VIDÉO Suzuki GSX-S 750





La GSX-S750, héritière de la lignée des roadsters GSR - propulsés par des moteurs dérivés des mythiques sportives GSX-R - est un modèle capital pour le constructeur d’Hamamatsu en France. Au niveau des ventes, malgré sa 25e place au classement 2018 des plus de 50 cm3 - elle occupe la 14e place des plus de 125 cm3 - avec ses 1289 immatriculations, c’est en effet LA Suzuki la plus vendue dans l’Hexagone actuellement. Néanmoins, malgré la multiplication de séries spéciales, elle a moins « scoré » qu’en 2017, encaissant une baisse de volume non négligeable établie à - 16,68 %, indique le fichier AAA. Alors pour sa troisième année de commercialisation, Suzuki sort peut-être de son jeu son meilleur atout : une version accessible aux jeunes permis via un nouveau modèle sorti d’usine en 95 chevaux, au lieu des 114 proposés par le quatre cylindres "full power". Soit un roadster sportif mid-size pouvant enfin être bridé à 35 kW (47,5 chevaux), que nous testons aujourd’hui avec grande attention !

Et oui, car donner du caractère à un « 4 pattes » muselé ce n’est pas simple, comme nous le relevions l’an passé lors de l’essai de la Kawasaki Z900 A2. Alors que, quelle que soit leur architecture, les bicylindres plus coupleux à bas et mi-régimes s’en sortent eux généralement mieux, à l’instar des Yamaha MT-07 A2, Kawasaki Z650 A2, KTM 790 Duke A2, des Harley Sportster A2, Street 750 A2 et même Softail Slim 107 A2 (notre comparatif Harley A2 est ici), des Ducati Scrambler Café Racer A2, etc. Donc, cette GSX-S750 au 4 cylindres de 35 kW, est-elle vraiment pertinente (il faudra aussi se poser la question du côté de la Honda CB650R 2019 !) ? Pour fourbir ses armes, un nouveau permis ne se tromperait-il pas si il succombait à ses charmes, par ailleurs irrésistibles ? Conserve-t-elle son fameux « fun factor » et sa sportivité ? Aussi expérimentés que nous soyons, c’est avec ces questions en tête que nous avons pris la route à son guidon !

SUZUKI GSX-S750 A2 2019 : DESIGN - FINITION


Le look et la carrure d’athlète de la GSX750 A2 sera certainement ce qui constituera le premier facteur d’achat pour un nouveau permis. Valorisante, elle fait en effet rêver en statique. Ce n’est pas une moyenne ou petite cylindrée chétive, elle affirme d’emblée sa sportivité dès le premier regard. Sans pour autant verser dans l’extrême style manga au niveau du son phare, pourtant ses lignes son fuyantes et dynamiques, à l’instar de celle qui part de son sabot moteur pour terminer sa course au niveau du capotage arrière. Le design du réservoir et le coloris Moto GP de notre modèle d’essai sont tout aussi enthousiasmants. Et la finition remarquable. Ici nous décernons une mention spéciale aux ajustements, entre écopes et réservoir notamment. La petite signature « GSX-S » au centre du beau guidon nous a également séduits.

SUZUKI GSX-S750 A2 2019 : ERGONOMIE


La position de conduite est sportive, la GSX-S750 ne ment pas sur ses intentions. Néanmoins, nous la trouvons moins extrême qu’ailleurs sur le segment mid-size, dans la mesure où le fondement n’est pas perché au-dessus des arbres et que le guidon n’est pas installé dans l’axe de la roue avant. Nous exagérons, oui, comprenez simplement que si le buste est basculé vers l’avant, en fait on n'a jamais la sensation d’avoir le dos cassé. Quant aux appuis au guidon (suffisamment large), ils restent légers. Repliées, car les repose-pieds sont assez hauts, les jambes sont en revanche plus contraintes, néanmoins ce placement permet de ménager la garde au sol.

SUZUKI GSX-S750 A2 2019 : CONFORT


Réglables en précharge, les suspensions sont fermes, mais leur capacité d’amortissement assure un certain confort sportif. On le constate sur les petites déformations des routes provençales que nous empruntons, à condition toutefois qu’elles ne soient pas trop marquées, la GSX-S donne alors l’impression de sautiller. Pure « naked » la protection du haut du corps est inexistante, mais comme vu précédemment on se retrouve le buste sensiblement incliné vers l’avant, du coup la position aérodynamique assure tout de même des transferts autoroutiers acceptables. Merci au 4 cylindres, à son radiateur et ses écopes pour leur largeur, jambes et pieds sont assez préservés.

SUZUKI GSX-S750 A2 2019 : MOTEUR


Jusqu’à 6000 tours, le caractère du quatre pattes originel est sauf. Il fait en effet preuve d’une très bonne souplesse, on peut évoluer aisément sous les 2500 tours, puis c’est son couple conséquent qui s’apprécie, comme la sonorité typique de ce genre d’architecture moteur signée Suzuki. Au-delà des 6000 tours, compromis oblige, l’allonge s’est éteinte. L’aspect élastique du moteur du roadster full n’est plus, ce qui est peut-être dérangeant pour un motard initié, mais ce n’est pas à lui que ce destine ce type de machine. Nous relevons une vitesse maximale de 164 km/h compteur et une consommation moyenne de 6 l/100 km, ce qui apparait élevé, oui, car cette GSX-S même bridée demeure une moto franchement fun à piloter. Votre serviteur, pourtant habitué aux mécaniques bien plus puissantes, ne s’est pas ennuyé une seconde dans les successions de virages où nous l’avons emmenée (même dans la partie sinueuse du Castellet !).

SUZUKI GSX-S750 A2 2019 : TRANSMISSION


Si elle est amusante et encore « punchy », c’est aussi grâce à sa transmission assez directe, peut-être même un peu trop puisque nous avons déploré un à-coup à l’ouverture, alors que le modèle full power en est dépourvu. Toujours est-il que la GSX-S A2 envoie sur les trois premiers rapports, ce qui participe grandement à l’ambiance sportive. La commande d’embrayage est un peu dure sur notre moto à peine rodée, mais la boîte est très sérieuse et la sélection précise. Avec notre niveau de pilotage - n’y voyez là aucune prétention de notre part ! - compte tenu du caractère moteur, plutôt que de tirer dans ce moulin pauvre à haut régime, le fait de passer rapidement au rapport supérieur nous a fait regretter la présence d’un shifter.

SUZUKI GSX-S750 A2 2019 : ASSISTANCES


L’antipatinage est une assistance que l’on apprécie sur cette A2. Non pas que la moto soit dangereuse, bien au contraire, mais pour des novices en gros cubes c'est rassurant, d’autant plus que ce Traction Control est réglable sur 3 positions. Il permet ainsi de l’adapter à l’adhérence, mais également à la progression du pilotage. Il est déconnectable, mais nous conseillons de toujours en garder un peu, car le niveau 1 n’est pas du tout intrusif et ses interventions sont mesurées. L’ABS non déconnectable ne s’est pas déclenché lors de notre essai, pourtant bien souvent mené à vive allure, dans les parties sinueuses en particulier.

SUZUKI GSX-S750 A2 2019 : FREINAGE - PNEUMATIQUES


Basé sur des étriers radiaux 4 pistons, le freinage avant de cette A2 est particulièrement performant. Nous louons son mordant qui se dose avec progressivité, à l’instar de son attaque. Ce système mettra indéniablement tous novices en confiance. De plus, on peut adapter sa puissance grâce au levier réglable. A l’arrière nous n’avons pas trouvé un très bon feeling, la pédale apparaît dure et peu progressive, déclenchant du coup assez facilement l’ABS. Pourtant, les Bridgestone Battlax S21 de notre GSX-S 750 A2 disposent d'un grip impressionnant. Ces gommes haut de gamme offrent en outre un profil sportif, ce qui optimise la mise sur l’angle et la sensation de stabilité en courbe. Une très bonne monte, même pour débuter.

SUZUKI GSX-S750 A2 2019 : INSTRUMENTATION - COMMANDES


Le bloc LCD n’est pas le plus large du marché, toutefois il est toujours lisible, sa partie compte-tours placée dans la partie supérieure en particulier. C’est la même base que celui qui équipe la SV650, à la différence que le niveau d’antipatinage apparait à droite, à côté de celui qui renseigne quant à la température moteur. On trouve le rapport engagé et une horloge. Faire varier le TC est aisé via le bouton Mode implanté sur le commodo gauche, et si l’on passe par la touche « Sel » de cette commande, ce sont alors les informations de l’ordinateur de bord qui défilent. Les feux de détresse sont accessibles à main droite.

SUZUKI GSX-S750 A2 2019 : ÉCLAIRAGE


Pas de leds à foison, ce qui peut-être en décevra certains. Le phare emploi eune ampoule classique donc, mais le regard du roadster est souligné part deux veilleuses indépendantes placées au bas de cette optique. Les clignotants sur fond blanc apportent une petite touche de sophistication qui compense quelque peu leur forme classique. Ils sont bien visibles, à l’avant comme à l’arrière. A l’instar du bloc feu, qui lui emploie deux rangées de leds superposées.

SUZUKI GSX-S750 A2 2019 : ASPECTS PRATIQUES


C’est le chapitre à éviter pour le genre roadster sportif, car ce n'est pas leur fort bien entendu. On notera seulement la présence d’un bouchon d’essence sur charnière et d’un remplissage aisé du carburant. Un bloque-disque peut être installé sous la selle passager indépendante et on peut également facilement déposer chaque repose-pieds passager en deux coups de clé. Au catalogue accessoires, Suzuki propose une béquille de stand et des diabolos, des housses, une alarme, des patins de protection et des protections de réservoir.

SUZUKI GSX-S750 A2 2019 : EN VILLE


213 kg tous pleins faits sur la balance est un poids raisonnable pour un roadster sportif, toutefois les novices ont à leur disposition pléthore d’A2 naturelles ou d’autres moyennes cylindrées plus légères. Certes, cette GSX-S est parfaitement équilibrée, mais son rayon de braquage ne figure pas parmis les plus contenus de la catégorie, et comme sa selle est perchée à 820 mm, les petits gabarits éprouveront des difficultés lors des manœuvres à basse vitesse et à l’arrêt. Cette A2 pourra donc impressionner les débutants en milieu urbain. Toutefois le guidon n’est pas trop large et nous l’avons trouvée agile dans l’exercice de la remontée de files. Et déambuler en ville dessus, c’est quand même la classe !

SUZUKI GSX-S750 A2 2019 : ROUTES - AUTOROUTES


Aussi A2 soit elle, cette Suz’ demeure le roadster sportif que l’on apprécie tant sur le segment des moyennes cylindrées. Son châssis est en effet particulièrement affûté, hyper rigoureux dans les petits enchainements. Les entrées en courbes sont précises et le maintien de cap optimal. Mais attention, si elle demeure agile, elle pardonne toutefois moins les excès qu’une A2 naturelle, du fait de son gabarit. Le petit à-coup à l’ouverture est également un tantinet dérangeant à la remise des gaz en sortie de courbe, et pour notre part nous avons quelques fois pesté contre le manque d’allonge par rapport à l’originale. Néanmoins une fois le mode d’emploi de ce 4 pattes bridé enregistré, nous avons retrouvé nos marques et profité de sa sportivité. Sa tenue de route est très bonne et malgré la fermeté de ses suspensions elle n’est pas inconfortable sur le réseau secondaire, du moins pas plus qu’un autre roadster sportif. Une moto que nous avons également menée sur piste dans la partie sinueuse du Circuit du Castellet (les virages de l’Hôtel, du Camp et de la Sainte-Baume). Et nous avons pris de bonnes sensations en conduite extrême ici, certes limités par la puissance mais enthousiasmés par le comportement. La garde au sol est également très bonne. Un dernier mot quant à l’évolution sur autoroutes, pas le plus sympa avec ce type de roadster dénudé, néanmoins le « convoyage » n’est pas plus fatigant que cela. La position est plutôt aérodynamique, même à 130 km/h ça ne tire pas vraiment sur les bras.

SUZUKI GSX-S750 A2 2019 : DUO


A l’instar de la partie « aspects pratiques », celle qui concerne le duo n’est pas particulièrement favorable à ce type de machine. Déjà, l’hôte ne trouvera rien pour se retenir, sans poignées dédiées ni même de renflement aménagé dans le passage de roue. Certes, il y a bien une petite sangle qui recouvre sa selle indépendante, mais la meilleure façon de se maintenir sur ce type de roadster, comme sur une sportive, est de mettre une main sur le réservoir et l’autre au bout de la partie arrière. Ou encore d’étreindre amoureusement le pilote ! En outre, cette partie arrière est sur-élevée et les repose-pieds sont hauts. Une fois installé, la balade n’est toutefois pas une punition, car l’amortisseur de qualité propose une bonne progressivité.
Dernière modification le
29/05/2019
| Par
ResoMoto

Commentaires 0

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, difflamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

Inscription

Pour vous connecter, vous devez être inscrit. L'enregistrement ne prend que quelques instants. L'administrateur peut également accorder des autorisations supplémentaires aux utilisateurs enregistrés. Avant de vous inscrire, assurez-vous de bien connaître nos conditions d'utilisation et les politiques associées.

Conditions | Confidentialité

Inscription

Connexion