Le 25 février, la commission des transports et du tourisme du Parlement européen a demandé à la Commission d'inclure les deux-roues motorisés dans l'obligation de contrôle technique. La mesure entrera en vigueur le 1er janvier 2022.

Contrairement à la plupart de ses voisins, la France n'impose pas de contrôles techniques aux propriétaires de deux-roues, sauf en cas de revente. Une exception qui va disparaître: le 25 février, la commission des transports et du tourisme du Parlement européen a demandé à la Commission d'inclure les deux-roues motorisés dans l'obligation de contrôle technique.

En 2020, cependant, à l'instar de la Finlande, des Pays-Bas ou de l'Irlande, elle avait glané un délai de 2 ans pour appliquer cette mesure et aurait pu y échapper tant qu'elle s'avérait prendre des mesures pour réduire l'accident des deux-roues. Ses efforts ayant été jugés insuffisants, comme ceux de la Belgique, de Chypre, du Danemark, de Malte et du Portugal, l'obligation de contrôle technique devrait entrer en vigueur le 1er janvier 2022.

Pour les députés, «le nombre de décès parmi les conducteurs à 2 et 3 roues diminue le plus lentement parmi tous les utilisateurs de véhicules dans l'UE». La proposition a été adoptée avec 48 voix pour et une abstention. En France, selon le site de la Sécurité routière, «les deux-roues motorisés représentent 23% des décès avec 627 motocyclistes et 133 cyclomoteurs tués en 2018».